Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Je suis née princesse. C'est ainsi.

Pin it!

Une jolie frimousse, de l'aisance dans les études et... une petite santé qu'il faut toujours, aujourd'hui, couver. Père et mère s'y employèrent tant et si bien que je ne doutais pas être le centre du monde.

Ce court enchantement cessa brutalement avec l'école obligatoire, empesée des injonctions paternelles. Je n'en demeurais pas moins princesse en mon for intérieur, car Barbie devint ma meilleure ennemie, pour la vie. Sa carosserie siliconée, accompagnée par le Ken à moumoute ou le caniche de shopping m'insupportaient jusqu'à l'étouffement.

L'âge adulte rétablit mon titre, affublé d'un adjectif peu flatteur. "Princesse chieuse". Je tiens à remercier les potes de l'époque qui me décernèrent ce surnom, hélas, réaliste. Quand j'avais une coupe de trop derrière le diadème, je lançais des piques cinglant les défauts de mes camarades de beuverie.

L'amour du bon champagne et mon mauvais esprit m'interdirent le bal des débutantes et les meilleurs partis à épouser. Je vaincus maintes aventures avant de trouver soulier à mon pied plat. C'est donc à un âge avancé que je donnai naissance à un vigoureux poupon qui hérita du meilleur de mon patrimoine génétique.

Las, je devins une mère souillon. Que me jette la première teuteute le parent qui n'a jamais découvert  du vomi, de la morve ou du merdouillis de nourrisson sur sa tenue de ville. Par chance, tandis que l'infant grandissait avec les années, la hauteur de mes talons suivait sa courbe de croissance.

Survint un méchant coup du sort. Je ne me souvins plus dans quel palais je résidai, mon gabarit s'arrondit au diamètre d'une reine mère, ma légimité fut remise en question. Ma persévérance surmonta l'adversité, mais mon physique était marqué, à jamais, par la houle du temps. Pour me ménager,  je confiais quelques taches domestiques à des sous-traitants compétents.

Qu'importe, je dicte l'art de déguster les thés verts en société, ce depuis des décennies. Mon ambition ne s'arrête pas là. En princesse accomplie, j'ai rédigé un dress-code sur la mode rétro-futuriste pour celles qui exigent de viellir avec style... Barbie, très chère BFF, je vous suis infiniment reconnaissante de m'offrir cet espace de savoir-vivre dans notre monde de brutes.

un coin presqu'à l'abri du monde

Les commentaires sont fermés.