Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La clope "circonstancielle"

    Pin it!

    Quand on arrête la cigarette, on sait qu'une seule peut faire replonger.

    A l'issue de l'enterrement de mon père, j'ai senti la grosse envie d'en griller une. Le plaisir que m'a donné cette blonde me laisse un souvenir tenace. Je me rappelle davantage de commentaires : "Tu vas pas te mettre à fumer maintenant ? Pas besoin de ça... Tu te rends pas compte!" etc.

    Je justifie le geste par la situation, on me pardonne "la clope circonstancielle". L'ensemble de la famille est allée ensuite prendre un verre, soda ou alcool. Chacun fait comme il peut pour dépasser les aléas de la vie, je ne jette jamais la première clope à la face d'un fumeur.

    J'ai arrêté il y a 14 ans. Je continue d'arrêter.  photo credit: me via photopin (license)

    368418978_4e332026f1.jpg

     

  • J'ai produit gratuitement ma newsletter !

    Pin it!

    rss.pngDisons que les publications dans mes trois principaux blogs deviennent accessibles dans un mail, un seul : chaque nouvelle note dans l'un ou l'autre déclenche l'envoi d'un message à celui qui souhaite suivre mon actu. Fière de ne pas avoir payé pour obtenir ce service, je remercie les différents auteurs qui décrivent la marche à suivre (toi aussi, tu peux le faire) :

    1. Identifier l'adresse URL du flux RSS pour chaque blog
    2. Créer un flux RSS pour le(s) blog(s) qui n'en dispose(nt) pas : j'ai utilisé Page2RSS pour cela
    3. Fusionner les flux en un seul avec ChimpFeedr
    4. Générer la newsletter depuis ce flux unique avec Feedburner
    5. Intégrer la souscription à la newsletter dans ce blog

    Je me suis abonnée à ma newsletter pour tester son fonctionnement. Le premier mail est un noeud de blogs, les suivants arrivent, réglés comme des horloges. Naturellement, tout abonné peut aisément se désinscrire. Bonne lecture !

    Toi qui ne mets pas les doigts dans le cambouis HTML, je ne te néglige pas, contemple la beauté du monde...

  • Sweat doudou

    Pin it!

    th.jpeg Je croyais que cette marque n'était pas pour moi, quand une collègue m'a offert hier le sien et un autre, sûre qu'ils sont à mon goût.

    Il ne me tombe pas aussi bien, mais sa couleur corail illumine mon teint. Je l'aime tant que je l'ai naturellement porté aujourd'hui.

    Ce cadeau m'a donné la pêche pour la journée, je me sens jolie dedans, depuis combien de temps je n'ai pas ressenti ce plaisir ?

  • Samedis dimanches, le retour de la vengeance

    Pin it!

    J'ai bien bossé cette semaine, je mérite ces deux jours de repos. Je me dis que cette fin de semaine, je rangerai mes archives administratives, je mettrai en ligne des articles à vendre, je raccommoderai quelques vêtements, que sais-je encore...

    Rien. Le week-end est là, je suis fatiguée. J'arrive à peine à réfléchir, je vais dormir pour récupérer et c'est déjà dimanche soir. J'ai juste réglé des détails, que de frustration ! Dois-je me lever tôt, augmenter la cadence, quantifier le résultat ? Est-ce une raison pour laquelle j'apprécie peu le week-end ? On se croirait au boulot !

    56682513_b0118ea20d.jpg

    photo credit: Fatigue via photopin (license)

  • Toutenstock

    Pin it!

    Au rythme des tendances et des variations de mon poids, j'ai accumulé vêtements usés, étriqués et démodés. Comment s'en débarrasser quand on est piètre vendeuse en ligne (paresse oblige), attachée à certains habits comme à un doudou?

    • Les vieilles fringues sont tombées dans la poubelle ou les bennes de recyclage, sauf quand je tiens à traîner dedans. Le confort d'abord, pas de glamour quand je dors.
    • Les pièces dans lesquelles mon corps reste coincé ont été offertes. Je n'attends plus de perdre des kilos pour les porter, j'ai besoin de m'habiller au jour le jour.
    • Quant aux vêtements mettables qui me sortent par les yeux, je les garde pour les départs en longs week-ends. J'ai horreur de faire mon sac, je suis donc bien contente de trouver mon bagage pratiquement prêt la veille.
    • Même chose pour les produits d'hygiène inadaptés au quotidien : un gel douche et un déo peu convaincants ont récemment atterri dans ma trousse de voyage. Heureusement, ce n'est pas souvent.

    J'ai pris peur, suite au tri des médicaments non-périmés.

    1. J'ai rempli un vanity d'urgence pour les déplacements, même à l'étranger.
    2. J'ai constitué une trousse contre les bobos, qui m'accompagne dans mon sac.
    3. J'ai donné une boîte de premiers secours à un gars du bâtiment.

    Tout ça, en disposant d'une pharmacie complète à la maison. Je dois être hypocondriaque.

    Et quel sort faire au trop-plein restant ? Je propose l'électroménager et les ustensiles de cuisine à mon entourage, j'écoule une partie dans les manifestations locales ci-dessous, ce qui ne part pas sera mis à disposition via le site donnons.org

    • Grand vide-grenier, dimanche 6 septembre
    • Foire aux Livres, les 24 et 25 octobre
    • Foire aux Vêtements et Jouets, les 28 et 29 novembre

    339069932_c095576147.jpg

    Moralité : c'est trop facile d'acheter et d'accumuler, sous prétexte de se faire plaisir. Il faut ensuite se donner du mal pour libérer les placards. Pour me motiver, je me répète que donner n'est pas un acte de charité, mais un geste où celui qui reçoit me rend immédiatement service !

    Chaque mois d'octobre, je m'efforcerai de n'acheter que d'occasion et chaque 2 novembre, je laisserai mon compte en banque au repos (manifestations internationales dans les pays 'développés').
    Tiens, je vais faire mon bonheur en offrant le surplus de mes fournitures pour loisirs créatifs à l'épouse d'un collègue.

    photo credit: office.composite.sized via photopin (license)