Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

la vie crue

  • Hé la confiance, quand est-ce que tu reviens en moi, que je marche droite, la tête haute ?

    Pin it!

    Certains l'ont compris, ma forme physique n'était pas au mieux, ma vie sentimentale non plus. Je me suis débattue pour sortir de ce que j'ai pris pour une toile d'araignée. Alors que mon corps récupére bien, je ne cessais de pleurer chaque soir l'illusion perdue du grand amour. Vas-y que Google me livre un trop plein d'infos sur les situations de "rupture", "divorce", "infidélité", "reconquête" (ça ressemble à un flyer pour grand marabout). Jusqu'à ce que je tape l'expression "manque de confiance" qui fait monter l'article "Quels sont les symptômes et les conséquences du manque de confiance en soi ?".

    Entre deux sanglots, je reconnais les signes. Je me prends en flagrant manque de confiance, en moi. Cet état d'âme ne date pas d'hier, n'a rien à voir avec qui que ce soit, il est à moi. Grâce à cette évidence, le calme a envahi mon esprit, puis mon corps. Plus de larmes, plus d'agitation. Moi qui croyais avoir affaire uniquement à une grave crise de couple, je me retrouve avec moi-même qui, aveuglée par la croyance de se sentir aimée, n'a jamais su grandir sur des bases personnelles.

    Comme d'habitude, j'ai foncé sur le mauvais objectif, soit la séparation, avant de m'interroger sur la (re)construction de ma personnalité. Comment franchir une telle épreuve, sans un dos large et la tête sur les épaules ? Je ne me précipiterai pas, une fois encore, chez un coach ou un thérapeute pour qu'on me rassure. Je vais prendre le temps de devenir qui je suis. Mon entourage me voit organisée, déterminée, généreuse. Pour l'instant, ces traits de caractère sont produits par les peurs d'échouer et de ne pas être aimée.

    Quand j'ai tenté de reprendre le contrôle, il y a deux mois, je n'avais rien compris. Je sortais, je voyais du monde, rien ne m'intéressait... Après un repli à la maison, j'essaie des activités dont j'ai vraiment envie, pour prendre soin de mon corps et de mon esprit.

    Cette quête n'est pas nouvelle. Elle se rappelle à moi dans les périodes difficiles. L'idée serait de la poursuivre au présent...

    Cette note est dédiée à la Carne dont le courage m'a poussée à l'écrire et la publier. Merci <3

    27459098_385327991878047_6458948084712390574_n.jpg

    Lien permanent Catégories : la vie crue, lire/voir/écouter, webosphere 0 commentaire Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
  • Charge mentale, rien de neuf sous le soleil !?

    Pin it!

    Je suis en arrêt maladie depuis 2 mois. Chaque jour apporte son lot de vaisselle, de lessive, de ménage et de rangement. Actuellement, j'ai le temps d'effectuer ces tâches, mais je faisais comment avant et comment je ferai avec le boulot ? Brutalement, j'ai réalisé la folie de ce rythme quotidien. La superwoman réussissant sa famille, sa carrière, sa libido, son couple, n'a jamais été qu'un fantasme.

    Je comprends les femmes qui disent ne pas vouloir d'enfant pour ne pas enchaîner une seconde journée de travail. Bien sûr, il y a des mamans qui s'organisent bien. Je n'en suis pas, personne ne vient au monde pour oeuvrer en tant que superintendant familial. Quelle solution contre la charge mentale ? Aucune réponse ne se profile, quand on lit les posts suivants :

    Pourtant, certains hommes comprennent qu'ils ne vivent pas dans leur maison, comme à l'hôtel :

    Une fois de plus, le partage des tâches domestiques viendra de l'(la re)éducation des garçons de tous âges. J'essaie d'inculquer ce principe à mon ado, pas question de jouer au professeur pour d'autres mâles. A eux de choisir entre la maman et la putain.

    primary_mother_whore_1973_21.jpg

  • Achète moins, choisis bien, fais durer

    Pin it!

    queen-of-diamonds.jpg

    Que ne voilà une traduction mot-à-mot du motto de cette illustration. La Reine des Diamants sort du jeu de cartes, crayonné par Dame Vivienne Westwood dont la volonté est d'y représenter les vicissitudes du monde moderne. Pourquoi me suis-je arrêtée sur ce conseil ? Mon attention ne découle pas d'un intérêt pour le développement durable, mais d'une dure réalité.

    Depuis mars, je me demande comment finir chaque mois. Par chance, j'avais placé des économies qui ont fondu sous la pression d'une consommation échevelée. Trop d'argent de poche au loulou, de la parapharmacie sur ordonnance qui coûte deux bras, une recharge de climatisation automobile qui donne chaud, l'achat coûteux d'un lot Barbie un lendemain de promotion, et j'en passe...

    Alors les poches sont retournées, les courses se paient en tickets resto, le cashback et Groupon apparaissent comme des moyens de récupérer un fond de porte-monnaie. Par paresse, on ne vend aucun objet inutile, même neuf, mais on achète parce qu'il faut se faire plaisir. On croit dépenser peu à chaque passage en caisse et on creuse sûrement son trou de la précarité. Rien ne va plus.

    Il va falloir décider de ce qui est essentiel ou superflu, apprendre à différer un achat utile, renoncer à ce qui comble les friustrations. Le simple fait de lire ces actions nécessaires me donne le vertige...

    Lien permanent Catégories : la vie crue 2 commentaires Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...