Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Upset Diary©2007-2018

  • Ma collection Barbie #7 : j'achète !!!

    Pin it!

    Entre nous, c'est plus facile de parler de ma collection que de moi etc. Nous voyons donc, de gauche à droite, de haut en bas :

    espèce de fille

    • une chambre en bois peint, des années 60 avec accessoires, achetée à une jeune maman en recherche d'emploi et son bébé qui fait ses dents
    • une reproduction Mattel de la poupée Francie avec 2 deux tenues d'origine et une troisième compatible, achetée à une collectionneuse parisienne avec qui je reste en contact
    • poupées et accessoires en vrac, achetés à une fillette de douze ans qui cherche de l'argent de poche
    • un pack neuf Mattel de deux tenues Barbie rock punk (!?), acheté aux USA. Un euro moins cher que le même pack en France (presqu'en rupture de stock)
    • un coffret Convention pour les 50 ans de Barbie, contenant une reproduction Mattel de la poupée Becky avec 3 tenues et plein d'accessoires seventies. Gros craquage pour ce jouet luxueux, vendu par une collectionneuse italienne
    • ont été oubliés un manteau ivoire faux cuir Barbie Mattel, de très belle facture, et des lots destinés à la revente

    Ces achats en disent long. Quand je ne vais pas, je m'offre un lot Barbie. D'autres tendances fortes se dégagent :

    1. J'ai un faible pour les poupées Francie et Becky, dont le visage expressif possède des cils implantés et dont les seins sont moins gros. Cela peut faire rire, mais je reproche à Barbie son corps disproportionné (parfois, difficile à habiller) et son air de camion volé, sinon ahuri (moins que le pauvre Ken). Evidemment, mes préférences ont un coût.
    2. Les coups de coeur sont d'ailleurs, les bonnes affaires sont locales. J'achète désormais des poupées d'occasion dans les boutiques de type Emmaüs, moins chères que les vide-greniers et le Bon Coin. Y a plus qu'à nettoyer et customiser, quand j'ai le temps (hum).
    3. Sans investir un minimum, il devient difficile de revendre les surplus. Mattel ratisse large avec ses déclinaisons de Barbie Fashionistas dont la garde-robe grossit de façon exponentielle. Ringardisées, les tenues des années 2000 stagnent dans les cartons... Je peux ouvrir une boutique avec le stock qui encombre la maison.
    4. Quand on collectionne, on ne compte pas ? Pour pouvoir revendre ma collection, je privilégie des jouets classiques qui gardent leur valeur. J'accepte de payer le prix d'une reproduction, non celui d'un original. Par chance, un vrac contient souvent des tenues d'époque. Un gros travail de documentation et d'identification n'attend que moi (hum, hum).
    5. Je manifeste tous les travers d'une collectionneuse ! Pas tout à fait... Je ne me suis pas encore rendue dans une convention à l'étranger. Maintenant que celle de Milan n'est plus, vais-je économiser pour me rendre au Japon ?
    Lien permanent Catégories : du style, princesse, webosphere 3 commentaires Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
  • Et on démarre une autre histoire

    Pin it!

    wood-3157395_640.jpg

    Ce blog entre progressivement en veille. Mon esprit est ailleurs... Je souhaite transformer ma passion pour la poupée Barbie en activité commerciale. Je choisirai probablement une plateforme reconnue pour héberger un blog thématique. En attendant, je change d'avatar, bientôt de pseudo, etc.

    Parallèlement à ce projet, de récents constats conduisent à repenser ma présence sur les réseaux sociaux, une fois encore (et toujours) :

    • Le site Ufunk.net est définitivement fermé, ce qui prive certains de mes posts de leur contenu (plus d'images, plus de textes).
    • Le réseau social Hellocoton se nomme désormais Les Influencueuses. Pour en être, j'ai beaucoup à apprendre.
    • Mon compte Pinterest montre une activité régulière que je n'imaginais pas. J'envisage de l'utiliser en mode professionnel, pour identifier une clientèle potentielle.
    • Je visionne le compte Instagram des autres, sans savoir quoi partager dans le mien.
    • Quant à Facebook, je le pratique, tout en ignorant à quoi sert d'animer une communauté.

    Je raconterai quelles réponses j'ai apportées à ces non-questions, durant mon parcours de future entrepreneure. Ensuite, je mettrai ce blog définitivement en sommeil. Mais c'est une autre histoire...

    Lien permanent Catégories : folie ordinaire, webosphere 5 commentaires Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
  • Hé la confiance, quand est-ce que tu reviens en moi, que je marche droite, la tête haute ?

    Pin it!

    Certains l'ont compris, ma forme physique n'était pas au mieux, ma vie sentimentale non plus. Je me suis débattue pour sortir de ce que j'ai pris pour une toile d'araignée. Alors que mon corps récupére bien, je ne cessais de pleurer chaque soir l'illusion perdue du grand amour. Vas-y que Google me livre un trop plein d'infos sur les situations de "rupture", "divorce", "infidélité", "reconquête" (ça ressemble à un flyer pour grand marabout). Jusqu'à ce que je tape l'expression "manque de confiance" qui fait monter l'article "Quels sont les symptômes et les conséquences du manque de confiance en soi ?".

    Entre deux sanglots, je reconnais les signes. Je me prends en flagrant manque de confiance, en moi. Cet état d'âme ne date pas d'hier, n'a rien à voir avec qui que ce soit, il est à moi. Grâce à cette évidence, le calme a envahi mon esprit, puis mon corps. Plus de larmes, plus d'agitation. Moi qui croyais avoir affaire uniquement à une grave crise de couple, je me retrouve avec moi-même qui, aveuglée par la croyance de se sentir aimée, n'a jamais su grandir sur des bases personnelles.

    Comme d'habitude, j'ai foncé sur le mauvais objectif, soit la séparation, avant de m'interroger sur la (re)construction de ma personnalité. Comment franchir une telle épreuve, sans un dos large et la tête sur les épaules ? Je ne me précipiterai pas, une fois encore, chez un coach ou un thérapeute pour qu'on me rassure. Je vais prendre le temps de devenir qui je suis. Mon entourage me voit organisée, déterminée, généreuse. Pour l'instant, ces traits de caractère sont produits par les peurs d'échouer et de ne pas être aimée.

    Quand j'ai tenté de reprendre le contrôle, il y a deux mois, je n'avais rien compris. Je sortais, je voyais du monde, rien ne m'intéressait... Après un repli à la maison, j'essaie des activités dont j'ai vraiment envie, pour prendre soin de mon corps et de mon esprit.

    Cette quête n'est pas nouvelle. Elle se rappelle à moi dans les périodes difficiles. L'idée serait de la poursuivre au présent...

    Cette note est dédiée à la Carne dont le courage m'a poussée à l'écrire et la publier. Merci <3

    27459098_385327991878047_6458948084712390574_n.jpg

    Lien permanent Catégories : la vie crue, lire/voir/écouter, webosphere 0 commentaire Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...